Séminaire sur « Le passé associatif de la loi 1901 à Mayotte », Le samedi 16 Novembre 2019, à l’hémicyle Younoussa Bamana, 9h à 12h

Dans la perspective de dynamiser l’éducation populaire et d’apporter une meilleure connaissance du tissu associatif mahorais, les membres de l’association « Réseau des Acteurs Mahorais pour l’Innovation de l’Éducation Populaire » (RAMIEP), organisent un séminaire ce samedi 16 novembre 2019.

Séminaire sur « Le passé associatif de la loi 1901 à Mayotte », Le samedi 16 Novembre 2019, à l’hémicyle Younoussa Bamana, 9h à 12h

Dans les perspectives de dynamiser l’éducation populaire dans le 101ème Département de France, qui est Mayotte, les Membres de l’Association « Réseau des Acteurs Mahorais pour l’Innovation de l’Education Populaire : RAMIEP », portent à la connaissance des mouvements associatifs mahorais, des partenaires institutionnels qu’ils organisent un Séminaire portant :
« Le Passé associatif de la loi 1901 mahoraise ».

L’objectif principal de l’action est de contribuer à apporter la connaissance sur le tissu associatif mahorais moderne, en tant qu’espace de participation au développement du territoire. L’action est programmée le Samedi 16 novembre 2019, de 9H00 à 12H00 à l’Hémicycle BAMANA. Les dirigeants d’associations mahoraises, les exécutifs des collectivités et leur direction générale, les institutions publiques… sont les bienvenus.

Au programme :

Accueil & Petit déjeuner/Installation : 8h30/8h55
Démarrage : Allocutions d’ouverture de 9H00 à 9H30
Monsieur le Président l’Association Organisatrice, Réseau des Acteurs Mahorais pour l’Innovation de l’Education Populaire (RAMIEP, M. Daroussi AHAMADI, ancien Doctorant de géographie sociale)
Monsieur le Directeur de la Direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DJSCS), ou son représentant,
Monsieur le Président Conseil Départemental, ou son représentant.
Exposé des intervenants
9H30/9H45 : L’apport de la société civile, versant associatif Loi 1901 lors la fondation du développement moderne de Mayotte (Aspects généraux liés au « Schéma de développement de Mayotte de 1977 : Place et rôle accordés à l’action associative »), Monsieur Président Soibahaddine RAMADANI, Docteur en sciences de l’éducation, auteur d’une thèse de doctorat, portant « En quel sens faut-il transformer l’éducation aux Comores ? Essai de réflexion sur l’échec de l’enseignement ancien et moderne en milieu rural mahorais ».

9H45/10H00 : L’action associative en milieu rural avant 1980 : Opportunité pour l’émancipation et l’ouverture de la Jeunesse du milieu rural mahorais (Lijou) ; Le cas de la Coopération de la Jeunesse de Mronabéja/CJM), Monsieur Ahmed ATTOUMANI DOUCHINA, ancien Président du CJM.
Premiers temps d’échange & de débat avec l’assistance et pauses actives (10H00/10H30)

10H30/10H45 : L’action associative comme précurseur de l’action sociale et culturelle à Mayotte : Les exemples de l’APROSASSOMA (question de Handicap) et du CMAC (question de lecture publique), Docteur Martial HENRY (anciens Présidents de plusieurs associations (APROSASSOMA, CMAC etc…), représenté par Dr Alain Kamal Martial HENRY.

10H45/10H55 : Les mutations de la société mahoraises appliquées aux associations : L’exemple de la décentralisation et le sort du CMAC, Monsieur Ismaël Coordje, Ancien Directeur du CMAC.

Seconds temps d’échange & de débat avec l’assistance et pauses actives (10H55/11H25)

11H25/11H35 : La présentation du projet de colloque international sur les 120 ans de la loi 1901 en France, et les 40 ans de la loi 1901 à Mayotte, & la réponse mahoraise à l’APP recherche associative nationale, Monsieur Daroussi AHAMADI, ancien doctorant de géographie sociale et Président du RAMIEP.

11H35/12h00 : Conclusions & Préconisations en guise de Clôture du séminaire par Messieurs Rastami SPELO, Haladi HOULAME, Co-Animateurs du séminaire.

  
LA BIOGRAPHIE DES INTERVENANTS

1. Soibahadine IBRAHIM RAMADANI : Président du Conseil départemental de Mayotte depuis avril 2015

Auréolés de mandats politiques exemplaires et singuliers à Mayotte, M. Soibahaddine IBRAHIM RAMADANI est l’actuel Président du Conseil Départemental, après avoir été Sénateur, Président d’un syndicat mixte départemental (SMIAM), et Conseiller municipal de Chiconi. Haut fonctionnaire de l’Education National, après un parcours à la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS), il est en ce moment retraité depuis 2012.

Fervent leader de la jeunesse de son village de Chiconi, il a un parcours associatif exceptionnel. Dans une société de gérontocratie, où la jeunesse est vue sous l’angle de ringardisme (année 1960), en compagnie des premiers élèves qui fréquentaient les collèges, il crée une révolution à Chiconi, en mettant en place « l’Association LAIROVY pour le Progrès des Jeunes de Chiconi » (ALPJC) qui organise des soirées culturelles (pièces de théâtres, kermesses,  activités de loisirs). A cette époque, ce type d’actions étaient mal perçu par les autorités morales, et tout ce qui était nouveau ou étranger paraissait suspect, et était perçu de dangereux, car constituait « le détournement de la voix divine : Adjali » par la société mahoraise autochtone. Néanmoins la vie culturelle était marquée par la vivacité de la musique et les loisirs (culturels et  sportifs) parviennent cependant à offrir petit à petit de nouveaux moyens d'expression à la jeunesse. C’était la période des grandes associations musicales de Mayotte, les Rapaces de Moriombeni, les Desperados de Pamandzi, les Anges de Hajangua, les Scolopendres de Handréma et les Globsines de Mamoudzou…

Pionnier en matière de doctorat, il figure parmi les premiers mahorais à le valider, il est ainsi auteur d’une thèse portant : « En quel sens faut-il transformer l’éducation aux Comores ? Essai de réflexion sur l’échec de l’enseignement ancien et moderne en milieu rural mahorais, soutenu en 1980 », où il étudie un pan de la vie associative à Mayotte, notamment à Chiconi.
En outre, il a réalisé et présenté une communication en 1996, intitulé « Prémisses de réflexion sur la nature, le rôle et la place du mouvement associatif des jeunes dans la société mahoraise d’aujourd’hui & de demain », suivi par un projet d’étude non abouti, intitulé « Histoire des associations à Mayotte avant 1981 ».

Pour le séminaire, il a été sollicité pour apporter un éclairage sur un aspect donné du passé de l’action associative mahoraise qui repose sur : Les aspects généraux liés au « Schéma de développement de Mayotte de 1977 : Place et rôle accordés à l’action associative ».

2. Ahamed ATTOUMANI DOUCHINA : Président du Conseil général de Mayotte de 2008 à 2011

Bien connu dans le milieu politique mahorais, Ahamed ATTOUMANI DOUCHINA a exercé quelques responsabilités politiques en tant que Conseiller municipal de Kani Kéli, Conseiller Général du même canton, élus à deux reprises, puis Président du Conseil Général, et actuel Conseiller Départemental du canton de Bouéni. Retraité de l’éducation nationale depuis 2012, il a officié en tant que professeur des écoles, conseiller pédagogique et maître formateur, Directeur du Centre de documentation pédagogique (CRDP) et Conseiller technique au vice-rectorat.

Comme beaucoup de dirigeants mahorais, son engagement associatif est néanmoins moins connu, c’est donc en sa qualité d’ancien Président fondateur d’une association de son village natal, Mronabéja (Kani-Kéli) durant les années 1970, appelé Coopération de la Jeunesse de Mronabéja (CJM) que le Ramiep a sollicité son service. Plus spécifiquement, il est chargé d’apporter un éclairage sur les conditions d’exercice des fonctions de dirigeants associatifs en milieu rural (lijou) à l’époque, et les impacts observés dans le développement des compétences relationnelles et de négociation.

3. Ismaël Kordjee, Ancien Directeur du Centre Mahorais d’Animation Culturelle (CMAC),

Fervent défenseur des causes nobles de la jeunesse mahoraise dans son ton « d’agitateur et de provocateur public » pour faire bouger des lignes dans le sens des avancées humaines, M. Ismaël Kordjee a joué un rôle majeur dans la vie culturelle récente de Mayotte. Initiateur et concepteur de la salle de Ciné Alpajo, il a été Directeur du Centre Mahorais d’Animation Culturelle (CMAC) durant de nombreuses années, et a piloté des évènements culturels d’envergure tels que le Festival Inter-musique de Mayotte (FIM), Festival Mahorais du Jazz etc. Témoin et acteur des mutations en cours sur les questions culturelles, il a été parmi les artisans de la traduction de la décentralisation dans le secteur qui le concernait. De cette situation, il a eu à être au cœur de la fin du CMAC, et sa transformation en Service Culturel du Conseil Général. C’est à ce titre qu’il a été sollicité pour apporter son éclairage concernant la décentralisation culturelle, notamment la disparition des grosses associations qui ont animé la vie sociale et la citoyenneté dans le Département (CMAC, AGESDEM, APREDEMA, CCLEJ de Mamoudzou etc.), en particulier, celle du CMAC, qui est passé de statut d’association sans but lucratif, vers une régie culturelle du Conseil Général, appelé « Service Culturel de la Collectivité).

Dr Alain Kamal Martial HENRY

Le Docteur Martial HENRY est une des figures emblématiques du développement de Mayotte, avec un parcours ponctué de réalisations multiples dans la région India-Océanie. Auréolé de plusieurs responsabilités, il a été Premier vice-président du Conseil Général depuis la création de l’Institution en 1977 jusqu’à la fin des années 1990, auparavant Ministre de la Santé des Comores, Médecin chef, Directeur des hôpitaux de Mayotte etc.
Dimension moins connue dans ses engagements citoyens pour le commun de la jeunesse mahoraise d’aujourd’hui, Dr Martial HENRY est aussi un grand militant associatif, et, a été à ce titre Président de plusieurs associations (CMAC, APROSASSOMA, ADCCM etc.) à vocation territoriale. De ses nombreux apports, il a été sollicité en vue de faire émerger un éclairage au sujet du caractère pionnier de l’action associative mahoraise moderne, où, des pans importants de la vie locale d’aujourd’hui ont été initiés par le milieu associatif avant d’être repris et conforté par des services publics multiples, toutes tendances confondues : Etat, Département, Communes, Etablissements publics administratifs etc. Un accent est mis pour deux anciennes associations culturelles, puis sanitaires et sociales, ce sont le CMAC et l’APROSASSOMA.

Compte tenu de l’indisponibilité du Dr Martial HENRY pour le séminaire, il a chargé le Docteur Alain Kamal Martial HENRY, un de ses fils qui est aussi Docteur en littérature pour présenter la production inhérente. Alain Kamal Martial HENRY est auteur d’une thèse de doctorat intitulé « MYTHES ET VIOLENCE DANS L’ŒUVRE DE SONY LABOU TANSI ».

4. Daroussi AHAMADI, Président du RAMIEP, Organisateur du Séminaire

Jeune parent bercé par le milieu associatif mahorais, M. Daroussi AHAMADI a fait ses armes associatives auprès du club sportif de son village natal « Avenir de Ouangani », en parallèle avec le groupe de confrérie mystique soufie « Dahira Chadhouli Ya Chroutuyya ». Marqué par l’échec scolaire que subissait son village, il est parmi les fondateurs et animateurs des cours de soutiens scolaires depuis 1990. Epaulé par la Direction de l’Enseignement par le biais du Conseiller Pédagogique de l’époque, Jean Claude-Rémion, à la fin de l’année scolaire 1991, ce sont 8 élèves du village qui ont réussi le concours d’entrée en sixième, puis 16 élèves, et 30 élèves les années après, avant de dépasser la soixantaine, puis la disparition du concours à l’échelle du Département. Engagé au premier plan dans la création de l’association des parents élèves (Association Autonome des Parents d’Elèves de Ouangani, AAPEO), sans être parent à l’époque, il a vite intégré des actions associatives d’envergure départementale, comme des formations d’Animateur BABA/BAFD, des formations de dirigeant associatif avec le CMAC, sous la houlette de Mohamed Abaine. Passé Directeur Adjoint et Directeur du CCLEJ de Mamoudzou, il a contribué à structurer les offres de loisirs éducatifs de la jeunesse dans la commune chef-lieu de Mayotte (Mamoudzou) de juillet 1995 à Septembre 2006.

Passionné de formations, il n’a de cesse, suivi des formations professionnelles dans le milieu de l’éducation populaire et du développement local depuis son intégration en milieu professionnel en 1995. Du BEATEP à Mayotte, en passant par le DEFA au Creps d’Aix-en-Provence, puis un DESS de développement local à l’Université de La Réunion, un itinéraire sur l’éducation populaire au campus de l’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP). Il est en cours de thèse de géographie sociale, où sa recherche doctorale s’intitule : Le tissu associatif, Clés pour le développement de Mayotte.

A travers ses travaux de recherche, il tente de comprendre les voies et les moyens pour que les communautés locales, comme « des mahorais », deviennent des acteurs responsables, et entreprenants dans le processus de développement territorial conduit chez eux. Deux de ses travaux ont été publiés successivement au Canada, dans la revue numérique ATPS :

Concernant son intervention pour le séminaire, elle repose sur deux principaux points, l’un sur la philosophie d’un projet d’organisation d’un colloque international à Mayotte en 2021, dans le cadre des 120 ans de la loi de liberté associative en France, et de 40 ans (controverse ?) de cette même loi dans le 101ème Département de France. Il y a aussi la présentation de l’Appel à projet national de recherche associative, où le RAMIEP en équipe avec la Ligue de l’Enseignement976 ont présenté une candidature pour mener à bien un programme de recherche action associative sur Mayotte à l’horizon 10 ans.


E-mail
| PLUS DE SPORTS
| LE LIVE > LES UNES
| EDUCATION

PLUS DE RADIOS

              

Chiconi FM
55 Rue Bentséhou 97670 CHICONI
   0 (+262) 269 61 25 86
    0 (+262) 639 65 43 04
  contact@chiconifm.fr