Migrants sri-lankais à La Réunion : Jean-Hugues Ratenon veut « étudier le phénomène » qu’il estime être « un trafic d’êtres humains »

Alors que La Réunion a connu en 2018 l’arrivée de plusieurs navires avec à leurs bords

Migrants sri-lankais à La Réunion : Jean-Hugues Ratenon veut « étudier le phénomène » qu’il estime être « un trafic d’êtres humains »

Alors que La Réunion a connu en 2018 l’arrivée de plusieurs navires avec à leurs bords

Alors que La Réunion a connu en 2018 l’arrivée de plusieurs navires avec à leurs bords des migrants sri-lankais, le député LFI Jean-Hugues Ratenon a rencontré, ce vendredi matin, les derniers arrivants dans la zone d’attente de l’aéroport international Roland-Garros. Le député veut « étudier le phénomène » et le « stopper à la source ». 

« Comment ont-ils pu débarquer ici en radeau ? Et à qui profite le crime ? Car on est en présence d’un trafic d’êtres humains », estime le député réunionnais, interrogé par le Journal de l’île à l’issue d’un entretien avec le préfet. Ce dernier lui aurait « assuré que la France, via les ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur, travaillait en étroite collaboration avec le Sri-Lanka. Il faut que nous puissions comprendre pourquoi ces migrants, dont certains étaient bien installés, ont quitté leur pays ». Souhaitant « rapidement stopper ce phénomène (…) à la source », Jean-Hugues Ratenon a également rappelé « l’instabilité au Sri-Lanka, que des milliers de personnes quittent chaque année, pour aller aussi aux Seychelles par exemple ».

Le député LFI a notamment évoqué une éventuelle sollicitation de la Délégation Outre-mer de l’Assemblée nationale afin de mandater une mission d’enquête sur la question « avec des spécialistes du Sri-Lanka ». Autre piste : solliciter le Groupe Amitié France-Sri-Lanka, afin que le gouvernement sri-lankais « fasse le maximum pour empêcher ces départs ». Estimant que La Réunion « n’a pas les moyens d’accueillir ces migrants », Jean-Hugues s’est toutefois gardé de réagir à certains commentaires xénophobes suscités par l’arrivée de ces migrants tout au long de l’année : « Je ne commente pas, j’agis ».


E-mail

LE BAROMETRE DES OUTRE-MER

| PLUS DE SPORTS
| LE LIVE > LES UNES
| EDUCATION

PLUS DE RADIOS

              

55 Rue Bentséhou 97670 CHICONI

Tel: +(262) 269 61 25 86

Tel: +(262) 639 65 43 04

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.