Place à la revue de presse de ce mercredi 20 mars 2019

#FOOT "Adrien est prisonnier. Il est même otage du PSG. Bientôt, c'est au pain sec, à l'eau et au cachot !" Véronique Rabiot, mère et agente d'Adrien Rabiot, ne mâche pas ses mots, dans L'Equipe, au sujet du traitement réservé à son fils par le PSG.

Place à la revue de presse de ce mercredi 20 mars 2019

Le joueur, qui refuse de prolonger son contrat, est mis à pied par le club à cause d'un "like" malheureux et d'une sortie en boîte. Alors que "d'autres sont blessés mais peuvent aller faire la fête à l'autre bout du monde, au carnaval de Rio". A bon entendeur...

#FOOT L'affaire n'est pas qu'une querelle sportive ou d'égos. L'Union nationale des footballeurs professionnels, le syndicat de la profession, a dénoncé le traitement par les PSG de son joueur, encore sous contrat jusqu'à cet été mais mis à l'écart et privé de terrain. "Une forme de harcèlement pur et dur"estime son coprésident Philippe Piat. Véronique Rabiot s'étonne que "les ministres des Sports et du Travail ne s'indignent pas".

#BARBARIN Ce matin, La Croix évoque en une le refus par le pape François de la démission du cardinal Barbarin, condamné à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles d'un prêtre. Une décision qui "n'est pas facile à recevoir", écrit le quotidien catholique.

"La décision du pape, si elle est fondée humainement et juridiquement, a cependant un lourd inconvénient, celui de donner l'image d'une Eglise qui se tient à distance du trouble ressenti dans l'opinion mais aussi par de nombreux fidèles."

#BARBARIN Dans son édito, La Croix déplore la décision du pape François, même s'il a "probablement" voulu signifier que l'affaire Barbarin n'avait pas "une gravité comparable" à celle qui a touché les cardinaux McCarrick et Pell, respectivement accusé et condamné pour agressions sexuelles. Le journal salue la décision du cardinal Barbarin de se mettre de lui-même en retrait : "Cette cohérence mérite le respect".

Enfin, en ce jour de palmarès des lycées, Libération pointe un tableau moins reluisant pour l'Education nationale : nombre d'établissements scolaires sont encore pollués à l'amiante, et "rien ou presque n'a été fait dans la plupart des établissements". Le journal pointe "une bombe sanitaire à retardement".


E-mail
| PLUS DE SPORTS
| LE LIVE > LES UNES
| EDUCATION

PLUS DE RADIOS

              

55 Rue Bentséhou 97670 CHICONI

Tel: +(262) 269 61 25 86

Tel: +(262) 639 65 43 04

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.