Revue de presse numérique du 7 avril: Aurar dans la tourmente, Produits de première nécessité en Polynésie, crise d’amiante en Guyane et Séisme à Mayotte

Voici la revue de presse du 08 avril 2019

Revue de presse numérique du 7 avril: Aurar dans la tourmente, Produits de première nécessité en Polynésie, crise d’amiante en Guyane et Séisme à Mayotte

Annick Girardin baptise un porte-conteneurs en Martinique
Quelques semaines après la Réunion, la Ministre des Outre-mer s’est rendue cette semaine en Martinique. Au cours de ce déplacement de deux jours, Annick Girardin a baptisé l’un des quatre nouveaux porte-conteneurs du groupe CMA-CGM, le Fort-de-France. Ce nouveau navire d’une capacité de plus de 3500 équivalent-vingt pieds aura en charge d’acheminer entre autre chaque année 270 000 tonnes de bananes.

Ce baptême qui a permis à la Ministre des Outre-mer de souligner que «la Martinique et la Guadeloupe disposent, par leur situation géographique et leur histoire, de tout le potentiel pour relever le défi de l’économie bleue. Le CMA CGM Fort de France en est le symbole. Ce premier d’une série de quatre navires contribuera pleinement au rayonnement de notre expertise maritime nationale, au départ et à l’arrivée des Antilles».

Tourmente financière et médiatique pour l’Aurar
A la Réunion, L’AURAR, association chargée du traitement de l’insuffisance rénale continue de faire parler d’elle. En début de semaine, le Journal de l’Ile de La Réunion consacre sa Une sur les mensonges et les errances de l’Aurar en s’appuyant sur le rapport de la chambre régionale des comptes qui dénonce entre autres « une défaillance de contrôle » de la caisse générale de sécurité sociale (CGSS) et de l’ARS Océan Indien. 

Mais la tourmente médiatique contre l’Aurar ne s’arrête pas là puisque que des médias nationaux ont repris cette affaire. Le Journal Le Monde revient dans son édition du 2 avril consacre une pleine page intitulée : «Dialyse : scandale financier et sanitaire à la Réunion ». L’ancien directeur du CHU de La Réunion entre avril 2012 et février 2016, David Gruson s’est aussi exprimé à ce sujet dans le Figaro. «J’ai progressivement compris qu’un système opaque tournait, en parallèle, à plein régime pour maintenir, contre leur intérêt médical, les patients dialysés en centre et en unité de dialyse médicalisée, dégager de la rentabilité » a t-il témoigné dans les colonnes du Figaro.

Crise d’amiante au TGI de Cayenne
Ca va mal au Tribunal de Grande Instance en Guyane ! Le France-Guyane nous parle d’une situation de crise après la découverte d’amiante dans l’un des bâtiment du palais de justice de Cayenne. Face aux risques encourus, le personnel du TGI a exercé son droit de retrait. Réuni en Assemblée générale, le barreau de Guyane a déploré le manque de considération du ministère de la Justice à l’égard des institutions judiciaires guyanaise. En attendant les résultats du test d’amiante, le palais de justice a été fermé « sine die pour l’instant », a indiqué le procureur Samuel Finielz au site internet Guyaweb.

La Réunion et la Polynésie dans la communauté French Tech
Coté Innovation, La Réunion et La Polynésie française ont été labellisées et font partie de la communiauté French Tech. L’annonce a été faite par le nouveau secrétaire d’État chargé du numérique, Cédric O, et Kat Borlongan, Directrice de la mission La French Tech. Avec cette labellisation, la Polynésie et La Réunion deviennent les deux premiers Outre-mer à rejoindre la communauté French Tech en France.

Saint-Pierre-et-Miquelon, futur data-center de l’Union européenne?
L’idée a été remise sur la table par deux experts du numérique. Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche et repris par Saint-Pierre et Miquelon la Premiere, les deux experts soulignent «qu’on pourrait imaginer que le cloud européen soit hébergé à St Pierre et Miquelon alors que les acteurs américains ont pour certains misé sur l’Alaska pour des raisons d’optimisation énergétique». Mais selon SPM la 1ere, cette solution de choisir Saint-Pierre-et-Miquelon comme data- center n’est pas nouvelle et date même de 2012.  « Par rapport à sa situation géographique, la data peut être le moyen de permettre à Saint-Pierre-et-Miquelon de se positionner » indique Nathalie Chiche questionnée par SPM la 1ere.

Mayotte continue de trembler !
Le Bureau des Recherches géologiques et Minières (BRGM) a enregistré un séisme de magnitude 5.1 ce vendredi 5 avril. Un énième séisme dont la cause reste encore inconnue alors qu’une nouvelle mission scientifique est de nouveau sur le terrain, rapporte le Journal de Mayotte. « Cette mission qui vient en complément du déploiement d’instruments, doit permettre de consolider les connaissances sur l’histoire tectonique et volcanique de Mayotte et de mettre en évidence des structures tectoniques de l’île au moyen de datations de roches magmatiques, ou encore d’analyses de la composition des gaz du sol» précise le site.Pour rappel, cette mission était déjà présente fin février dans le département pour pour déposer 6 sismomètres sous-marins autour de la zone d’épicentre des séismes. 


E-mail
| PLUS DE SPORTS
| LE LIVE > LES UNES
| EDUCATION

PLUS DE RADIOS

              

55 Rue Bentséhou 97670 CHICONI

Tel: +(262) 269 61 25 86

Tel: +(262) 639 65 43 04

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.