17.78°C
Chiconi:_SAM
13.89°C / 28.33°C
Chiconi:_DIM
12.78°C / 27.22°C
Chiconi:_LUN
12.22°C / 27.22°C
Ven, 27 Nov 2020

//-- Le Flash d'infos

Les actualités de ce dimanche 19 avril 2020

17 heures, l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité de ce dimanche 19 avril : • #CORONAVIRUS Le plus gros avion-cargo du monde, l'Antonov An-225 Mriya, s'est posé à l'aéroport de Paris-Vatry (Marne) avec huit millions de masques médicaux à son bord. Suivez notre direct. • #CORONAVIRUS Le bilan mondial des victimes de la pandémie du Covid-19 s'élève à au moins 160 000 morts, avec plus de 100 000 décès recensés en Europe. 596 morts liées au Covid-19 ont été recensés dans les hôpitaux britanniques ces dernières 24 heures, portant à plus de 16 000 le nombre de décès à l'hôpital liés au virus outre-Manche. Ce bilan n'inclut pas les morts survenues dans des maisons de retraite. • #CORONAVIRUS Le Premier ministre, Edouard Philippe, s'exprimera à partir de 17h30 afin de faire un point complet sur la situation sanitaire et la crise liée au Covid-19 en France. Il doit développer quelques premières pistes de levée progressive du confinement, à partir du 11 mai. • #CORONAVIRUS "Il faudra un dépistage massif au moindre symptôme." Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, a développé sur BFMTV ses recommandations pour la sortie progressive du confinement."L' ensemble des Français souhaitant avoir accès à un masque de protection devra y avoir accès", et "les grandes réunions familiales, les mariages et les anniversaires doivent être évités dans les deux mois qui viennent", a-t-il déclaré. Avec Franceinfo

Les actualités de ce dimanche 19 avril 2020

L'essentiel de l'actualité de ce vendredi 17 avril 2020

Faisons maintenant un premier rappel des principaux titres : Il est 20 heures. Nous faisons un point sur l'actualité : •  #CORONAVIRUS  Au total, 18 681 décès ont été comptabilisés en France en lien avec cette pandémie depuis le 1er mars (+761 en 24 heures). le nombre de personnes en réanimation baisse pour le neuvième jour consécutif. Suivez notre direct. •  #CORONAVIRUS  La Chine dément toute dissimulation sur le nombre de victimes du coronavirus après les accusations de dirigeants occidentaux qui s'interrogent sur sa gestion de la crise. Le pays a annoncé 1 290 morts supplémentaires en précisant qu'il s'agissait de patients décédés chez eux et non à l'hôpital. •  #CORONAVIRUS  La France ne dispose à ce jour d'aucun "élément factuel" permettant de "corroborer" un possible lien entre l'origine du coronavirus et les travaux du laboratoire P4 de Wuhan en Chine, a indiqué l'Elysée à France télévisions. Voici notre enquête sur ce laboratoire. Il est 11 heures, voici les principaux titres : • Le chanteur Christophe, interprète d'Aline et des Mots bleus, est mort à 74 ans des suites d'un emphysème, une maladie pulmonaire. "La chanson française perd une part de son âme ", estime le ministre de la Culture. •  #CORONAVIRUS  Le bilan du Covid-19 en Chine s'alourdit brutalement. La mairie de Wuhan, ville du centre de la Chine où le virus est apparu, révise ses chiffres à la hausse, rapportant quelque 1 290 morts supplémentaires. Suivez la situation dans notre direct. •  #CORONAVIRUS  "Ne soyons pas naïfs au point de dire que la Chine a été meilleure que nous" : dans une interview au Financial Times,  Emmanuel Macron émet des doutes sur la manière dont Pékin a géré la crise du coronavirus. •  #CORONAVIRUS  Le président américain Donald Trump estime qu'il est temps de "faire redémarrer l'Amérique" où près de 33 000 personnes sont mortes du Covid-19. Il est 08 heures, voici les principaux titres : • Le chanteur Christophe, interprète d'Aline et des Mots bleus, est mort à 74 ans des suites d'un "emphysème", une maladie pulmonaire. •  #CORONAVIRUS  Pour Donald Trump, il est temps de "faire redémarrer l'Amérique" où le nombre de morts du Covid-19 approche les 33 000. •  #CORONAVIRUS  Au total, 17 920 décès liés au coronavirus ont été enregistrés en France depuis le début de l'épidémie (soit 753 de plus en 24 heures). •  #CORONAVIRUS  "Ne soyons pas naïfs au point de dire que la Chine a été meilleure que nous."   Emmanuel Macron émet des doutes sur la manière dont Pékin a géré la crise du coronavirus. Source: Franceinfo

L'essentiel de l'actualité de ce vendredi 17 avril 2020

L'essentielle de l'actualité de ce mardi 21 janvier 2020

Les titres de l'actualité de ce matin : #IMPEACHMENT Les audiences en destitution de Donald Trump s'ouvrent aujourd'hui au Sénat, à Washington. S'affronteront dès 13h00 (heure locale) l'opposition démocrate, qui réclame la destitution du président des Etats-Unis, et la majorité républicaine, bien déterminée à l'acquitter le plus vite possible. Cette première séance, sous la houlette de John Roberts, président de la Cour suprême, devrait être très formelle : les Sénateurs devraient uniquement se prononcer sur les règles qui encadreront le procès. #GLORIA  Trois personnes sont mortes en Espagne et près de 200 000 élèves étaient privés de classe en raison de la tempête "Gloria", qui frappe principalement l'est du pays. Les Pyrénées-Orientales sont placées en alerte orange en vue de l'arrivée sur l'Hexagone de la tempête. #CORONAVIRUS  Un homme rentrant de Chine et présentant les symptômes d'un mystérieux virus, proche du Sras et transmissible entre humains, a été placé à l'isolement à son domicile en Australie. Cet homme, qui serait le premier cas suspect de ce nouveau coronavirus dans le pays, est récemment rentré de Wuhan, une ville de centre de la Chine où la grande majorité des contaminations ont été recensées. Jusqu'à présent, quatre morts et plus de 200 contaminations ont été recensées. #DAVOS  Le 50e Forum de Davos s'ouvre aujourd'hui, en présence notamment du président américain Donald Trump et de la militante écologiste Greta Thunberg. Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, doivent se rencontrer au Forum économique mondial pour discuter du projet de taxe international sur le numérique. Franceinfo

L'essentielle de l'actualité de ce mardi 21 janvier 2020

Le procès en destitution de Donald Trump débutera mardi devant le Sénat : on vous explique comment cela va se dérouler

Avant lui, seuls deux présidents ont subi cette épreuve : Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton, jugé en 1999 pour avoir menti sur sa liaison avec une stagiaire de la Maison Blanche, Monica Lewinsky. Les deux avaient été acquittés. "Aujourd'hui, nous entrons dans l'Histoire", a déclaré Nancy Pelosi. Mercredi 15 janvier, la présidente démocrate de la Chambre des représentants a signé l'acte d'accusation contre Donald Trump, lequel a ensuite été transmis au Sénat, marquant le coup d'envoi du procès en destitution du président américain. Dans la foulée, le chef des Républicain, Mitch McConnell, a indiqué que le procès commencera mardi 21 janvier et que le juge qui présidera le procès prêtera serment jeudi 16 janvier. Avant Donald Trump, seuls deux présidents ont subi cette épreuve : Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton, jugé en 1999 pour avoir menti sur sa liaison avec une stagiaire de la Maison Blanche, Monica Lewinsky. Les deux avaient été acquittés. Si les contours de ce procès à venir restent encore à préciser, franceinfo vous décrit le protocole de ce rituel qui a servi à juger seulement deux présidents dans l'histoire des Etats-Unis. Les procureurs : des élus de la Chambre des représentants Une des bêtes noires du président, l'élu Adam Schiff, va superviser l'équipe de procureurs devant le Sénat américain. Ces sept élus démocrates de la Chambre des représentants ont été désignés lors du vote qui a également validé la transmission au Sénat de l'acte d'accusation visant le président américain. Immédiatement, le président américain a dénoncé sur Twitter une "arnaque orchestrée par les démocrates-qui-ne-font-rien". Here we go again, another Con Job by the Do Nothing Democrats. All of this work was supposed to be done by the House, not the Senate! — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) January 15, 2020 Parmi les sept élus démocrates désignés par le camp démocrate, majoritaire à la Chambre des représentants, figurent plusieurs ex-procureurs, une ancienne responsable de la police, un avocat : "l'accent est mis sur l'expérience juridique", avait souligné Nancy Pelosi. Après que la Chambre a avalisé la transmission de l'acte d'accusation, le protocole veut qu'Adam Schiff et son équipe traverse sous bonne escorte les couloirs du Capitole pour l'apporter au Sénat, chargé selon la Constitution de juger le président. A leur arrivée au Sénat, un haut gradé chargé de la sécurité et du protocole, le "sergent d'armes", appellera au calme : "Tout le monde doit garder le silence, sous peine d'être emprisonné, pendant que la Chambre des représentants présente au Sénat des Etats-Unis les articles de mise en accusation de Donald John Trump". Les élus de la Chambre, amenés à jouer le rôle de procureurs, liront les deux chefs retenus contre le milliardaire républicain : "abus de pouvoir" et "entrave à la bonne marche du Congrès". Ils dérouleront leurs griefs : le président a demandé à l'Ukraine d'enquêter sur l'un de ses rivaux potentiels à la présidentielle de 2020, le démocrate Joe Biden, et exercé des pressions pour obtenir gain de cause notamment en gelant une aide militaire cruciale pour ce pays en guerre avec la Russie. Une fois ce chantage révélé, il a entravé l'enquête du Congrès, en interdisant à ses conseillers de témoigner ou de fournir des documents, poursuivra l'accusation. Les juges : les sénateurs L'étape suivante, prévue pour la fin de semaine, sera tout aussi solennelle. Drapé dans sa toge noire, le président de la Cour suprême des Etats-Unis, John Roberts, jurera ensuite sur la Bible de "rendre la justice de manière impartiale". Suivront les prestations de serment des 100 sénateurs, appelés à jouer à la fois le rôle de juges et de jurés. Ces élus diront s'ils jugent le président coupable. Compte tenu de la majorité républicaine dans cette enceinte, le milliardaire new-yorkais est quasiment assuré d'être acquitté. C'est ainsi qu'avaient débuté – et fini – les procès des présidents démocrates Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton, jugé fin décembre 1998-début 1999 pour avoir menti sur sa liaison avec la stagiaire de la Maison Blanche Monica Lewinsky. Les modalités du débat : à négocier Rien n'oblige le Sénat à suivre le même modus operandi pour la durée et la modalité des débats. En matière de destitution, la Constitution américaine est très succincte : elle confie à la Chambre des représentants le soin de mener l'enquête et de mettre le président en accusation ("impeachment") en cas de "trahison, corruption ou autres crimes et délits sérieux". Il revient ensuite au Sénat de le juger à une majorité des deux tiers lors d'un procès présidé par le chef de la Cour suprême. En 1999, la majorité républicaine avait négocié avec les démocrates encore longtemps après l'ouverture du procès. Ensemble, les deux parties avaient fixé les règles du jeu : des audiences publiques tous les jours de 13 heures à 18 heures, pour laisser la matinée aux autres missions du Sénat ; des questions posées par écrit et lues par le président de la Cour suprême ; trois jours pour les arguments de l'accusation, trois jours pour la défense... Les questions de procédure étaient débattues à huis clos, et c'est ainsi que les sénateurs s'étaient mis d'accord sur un témoignage vidéo de Monica Lewinsky. Donald Trump a caressé cette hypothèse dans un tweet lundi et la cheffe démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, a accusé le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, de s'être rallié à cette idée. Lui a répliqué qu'il n'existait pas de soutien au Sénat pour une telle motion. Il est donc plus probable que le procès s'achève, comme le prévoit la Constitution, par un vote des sénateurs sur la culpabilité du président. Franceinfo

Le procès en destitution de Donald Trump débutera mardi devant le Sénat : on vous explique comment cela va se dérouler
2 Banniere Pub filmage1

La Chine annonce un quatrième mort du nouveau coronavirus

Une réunion d'urgence doit se tenir mercredi à l'Organisation mondiale de la santé pour évaluer les risques de ce nouveau virus. Le bilan continue de s'alourdir. Un homme de 89 ans est devenu la quatrième personne à succomber au nouveau coronavirus qui se répand à travers la Chine, ont annoncé mardi 21 janvier les autorités. L'homme est mort après avoir éprouvé des difficultés à respirer, à Wuhan, la ville du centre du pays où s'est déclenchée l'épidémie, a précisé la commission locale de la santé dans un communiqué. La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l'homme (comme un rhume) mais aussi d'autres plus graves comme le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère). Le virus touche désormais plusieurs grandes villes du pays et trois autres pays d'Asie : Japon, Corée du Sud et Thaïlande.  La transmission entre humains "avérée" Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré à la chaîne de télévision d'Etat CCTV que la transmission par contagion entre personnes était "avérée". Cet expert avait aidé à évaluer l'ampleur de l'épidémie de Sras en 2002-2003. Elle avait fait 774 morts dans le monde (dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong) sur 8 096 cas, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Sortant de son silence, le président chinois Xi Jinping a réclamé que "la propagation de l'épidémie soit résolument enrayée", alors même que le pays est entré comme chaque année dans la "plus grande migration humaine" avec le chassé-croisé du Nouvel an chinois. Le pays a dénombré lundi soir exactement 218 cas. De son côté, l'OMS a annoncé la tenue mercredi d'une réunion d'urgence pour déterminer s'il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale", qualification utilisée pour les épidémies les plus graves. Franceinfo

La Chine annonce un quatrième mort du nouveau coronavirus

L'essentielle de l'actualité de ce vendredi 17 janvier 2020

Voici les principaux titres de l'actualité : •  #GREVE  La mobilisation contre la réforme des retraites a rassemblé 187 000 manifestants en France, dont 23 000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. La CGT revendique 250 000 manifestants dans la capitale, alors que le cabinet Occurence a décompté 28 000 participants. • L'année 2019 a été marquée par des violences sexuelles encore en forte hausse (+12% par rapport à l'an dernier), selon une première analyse de la délinquance publiée par le service statistique ministériel de la sécurité intérieure. • Le restaurant Paul Bocuse de Collonges-au-Mont-d’or (Rhône) va perdre sa troisième étoile. Il n'en aura plus que deux à compter de la parution du Guide Michelin, le 27 janvier prochain. • Le porte-avions français  Charles-de-Gaulle sera très prochainement déployé en Méditerranée orientale en soutien de la coalition internationale anti-Etat islamiqueà l'oeuvre au Moyen-Orient, a annoncé Emmanuel Macron. •  #RN  Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, a confirmé son intention d'être candidate à l'élection présidentielle de 2022 pour "ne pas laisser courir tout seul" Emmanuel Macron. Franceinfo

L'essentielle de l'actualité de ce vendredi 17 janvier 2020

Réforme des retraites : la grève a coûté près de 200 millions à la RATP et environ 850 millions à la SNCF, selon Matignon

Matignon a évalué, après une rencontre entre le Premier ministre et les dirigeants des deux entreprises publiques mercredi après-midi, que la grève leur avait coûté au total plus d'un milliard d'euros jusqu'à présent. Au 42ème jour de grève contre le projet de réforme des retraites proposé par le gouvernement, ce dernier a évoqué les "conséquences financières importantes" de la mobilisation. Dans un communiqué diffusé mercredi 15 janvier, Matignon a indiqué que la grève avait coûté jusqu'à présent un montant "proche de 200 millions d'euros pour la RATP et environ 850 millions pour la SNCF." Ces indications font suite à une série d'entretiens qui se sont tenus dans l'après-midi entre le Premier ministre Edouard Philippe et Catherine Guillouard, la patronne de la RATP, ainsi qu'avec Jean-Pierre Farandou, le PDG de la SNCF. La grève dans les transports à "trop duré", estime le Premier ministre Plus tôt dans la journée, Édouard Philippe a jugé que la grève à la SNCF et à la RATP était "sans issue" et n'avait "que trop duré". Jeudi, la SNCF prévoit de faire circuler jeudi 90% de ses TGV et 80% des TER. Le taux de grévistes est retombé mercredi à 4,7%, soit proche du plus bas atteint lundi (4,3%), et environ un conducteur sur cinq concerné. A Paris, les métros rouleront également mieux, avec un trafic normal sur trois lignes, dont deux automatiques, et l'ensemble des lignes ouvertes mais perturbées. Franceinfo

Réforme des retraites : la grève a coûté près de 200 millions à la RATP et environ 850 millions à la SNCF, selon Matignon

Vous pouvez aimer aussi

Actualités en Radio et Télé

Vos Agendas

19
Oct
Dans le cadre des Journées Nationales de l'Architecture coordonnées par la Direction des Affaires

11
Oct
Journée de sensibilisation à l'économie d'énergie - CCAS de CHICONI

17
Aoû
Le Maire de la commune de Chiconi informe ses administrés qu'une exposition de la maquette du SAR (Schéma d'aménagement Régional) est prévue les 16 et 17 août

Image
Radio Chiconi FM
Radio Koudjouni
RF Mayotte
ROI TV
Radio Coconi
Chiconi FM TV
Chiconi FM
55 Rue Bentséhou
97670 CHICONI
   0 (+262) 269 61 25 86
    0 (+262) 639 65 43 04