Dans une lettre à Emmanuel Macron, l’ACCIOM regrette une « menace pour l’existence » des CCI Outre-mer

Publié dans Le Live > les unes
mardi, 08 janvier 2019 22:43

Dans une lettre adressée au Président de la République ce lundi 7 janvier, l’Association des CCI Outre-mer (ACCIOM), par la voix de sa présidente Nadine Hafidou, revient sur le « sous-amendement n°1428 » du PLF 2019, déposé par le gouvernement « le 18 décembre à une heure du matin et quelques dizaines de minutes avant l’examen de l’article actant la baisse des ressources de notre réseau ». 

« Ce sous-amendement, qui n’a fait l’objet d’aucune évaluation préalable, d’aucune concertation et qui a été demandé par une CCI en dehors de toute approche collective, nous met dans une situation financière inextricable », regrette l’ACCIOM dans sa lettre, retranscrite intégralement ci-dessous.

« Comme vous le savez, le réseau des CCI françaises connaît, depuis 2012, des bouleversements majeurs. Après des baisses continues de la taxe affectée au réseau des CCI entre 2012 et 2017, c’est avec soulagement que nous avions accueilli l’engagement du Gouvernement par la voix de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, qu’il n’y aurait plus de nouvelle baisse de ressources des CCI jusqu’à la fin du quinquennat.

En 2018, malgré la rupture de cet engagement par le Gouvernement, c’est avec détermination que les CCI d’Outre-Mer se sont engagées aux côtés du réseau et notamment de CCI France dans une restructuration voulue par la loi PACTE. Ainsi :

– Nous nous sommes associés aux travaux menés par François Werner, missionné par le ministre pour accompagner la transformation de notre réseau, que nous avons, par ailleurs à de multiples reprises, sollicité pour de nouveaux échanges, sans succès.

– Nous avons, sous votre haut patronage et avec l’accord de notre réseau, travaillé avec la Direction générale des entreprises à un seuil minimal d’activité consulaire (SMAC) garantissant à nos CCI une affectation minimale garantie de la taxe qui nous permettait, sans nous soustraire aux efforts de restructuration, d’entamer ceux-ci dans le cadre de missions renouvelées et de commencer à définir le modèle futur de nos CCI.

– Nous avons sollicité de la part de CCI France et dans le cadre de ses pouvoirs renforcés par la future loi PACTE un audit de nos Chambres pour nous permettre de planifier notre évolution future.

En dépit de ces efforts de notre part, le Gouvernement a fait le choix de déposer en nouvelle lecture du projet de loi de finances pour 2019 en séance publique à l’Assemblée nationale, le 18 décembre à une heure du matin et quelques dizaines de minutes avant l’examen de l’article actant la baisse des ressources de notre réseau, un sous-amendement n°1428 qui a bouleversé les modalités de répartition de la taxe pour frais de Chambres en 2019. Ce sous-amendement, qui n’a fait l’objet d’aucune évaluation préalable, d’aucune concertation et qui a été demandé par une CCI en dehors de toute approche collective, nous met dans une situation financière inextricable.

En effet, le droit prévoit aujourd’hui une baisse des ressources consulaires de 14,39% à Mayotte, de 19,58% en Guadeloupe, de 21,82% en Martinique et de 40,88% en Guyane. Ces baisses seront effectives dès le début d’année 2019, nous empêchant d’y apporter les corrections nécessaires par voie législative. Par ailleurs, il aboutit à priver d’effet le dispositif du SMAC Outre-Mer, dans lequel nous avions pourtant négocié une baisse maximale de 5% de nos ressources en 2019, en accord avec notre tutelle et CCI France et avec votre soutien.

A nouveau, Monsieur le Président, cette décision rompt le lien de confiance que nous essayions de renouer avec notre tutelle. Par surprise, en pleine nuit, et malgré notre approche constructive, nous avons été mis face à une menace pour l’existence même de nos Chambres. Sans une solution dans les plus brefs délais, nous serons amenés à prendre nos responsabilités.

A cet égard nous nous permettons de vous rappeler que :

– Les CCI assument depuis plusieurs mois elles-mêmes les indemnités de chômage de leurs collaborateurs licenciés, sous un régime d’auto-assurance qui dégraderait encore plus notre situation financière en cas de plan de licenciements. Un rapport de l’inspection générale des finances de mars 2018 évalue ainsi à 100.000 euros le coût de chaque licenciement dans notre réseau. Ce même rapport évalue à 1,7 année le temps nécessaire pour qu’un licenciement se traduise concrètement par une économie pour une CCI.

– Les CCI d’Outre-Mer, qui sont CCIR mono CCIT, n’ont pas les ressources d’économies par mutualisation de services des CCI hexagonales. La perte, depuis 2010, de la quasi-totalité des équipements qu’ils avaient en concession leur a également fait perdre tout levier d’économie d’échelle.

– Dans les Outre-Mer, les CCI tiennent une place particulière du fait de la structure de l’économie locale, composée de TPE fortement consommatrices de leurs services et peu contributrices à leur fiscalité. Le marché local étroit obère également toute chance de développer, surtout dans ces délais, une activité concurrentielle à même de générer du chiffre d’affaires, malgré les ambitions affichées par le Gouvernement dans la loi PACTE.

– Dans un discours du 28 octobre 2017 à la préfecture de Cayenne, vous avez fait votre l’engagement des Accords de Guyane d’une stabilité sur cinq ans des ressources de la CCI de Guyane. Or, celle-ci est la plus impactée du réseau avec -40,88% de ressources fiscales.

Pour toutes ces raisons, Monsieur le Président, nous sollicitons votre intervention personnelle pour trouver dans les plus brefs délais une solution à cette situation. L’avenir de nos Chambres et l’accompagnement des TPE-PME dans les Outre-Mer en dépendent.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération ».

Une copie de cette lettre a également été envoyée au Premier ministre, Édouard Philippe, au ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, à la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, au député des Hautes-Alpes, Joël Giraud, au sénateur d’Eure-et-Loir, Albéric de Montgolfier ainsi qu’à l’ensemble des parlementaires ultramarins. 

La lettre a été co-signée par la président de l’ACCIOM, Nadine Hafidou, et l’ensemble des présidents des CCI des Outre-mer. 

A lire aussi

  • Le CODAF contrôle les vendeurs de tomates sur Petite-terre

    Le Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraude (CODAF) co-présidé par le Préfet et le Procureur de la République, a contrôlé plusieurs vendeurs de tomates de Petite-terre, ce jeudi 17 janvier 2019, dans le cadre de l’application de l’arrêté relatif à la mise sous surveillance renforcée de la commercialisation des tomates dans le département de Mayotte, en raison de la présence de diméthoate dans ces produits. 
    Au cours d’une action coordonnée entre les services de la gendarmerie, de la DIECCTE (CCRF et inspection du travail) et de la DAAF (service alimentation), plusieurs vendeurs de légumes ont fait l’objet d’un contrôle. 18 KG de tomates ont été saisis et feront l’objet d’une destruction par les services de la DAAF. Des amendes de 450 euros pour défaut de traçabilité seront également dressées à l’encontre de certains vendeurs.
    Le CODAF rappelle que toute personne physique ou morale, commerçant, revendeur, détaillant, producteur ou grossiste qui propose des tomates à la vente devra pouvoir justifier immédiatement de leur origine et provenance par un moyen documentaire de traçabilité, tel que facture d’achat, bon de livraison, contrat d’achat ou certificat d’analyse, permettant d’identifier la provenance du lot détenu et l’établissement de production duquel il provient. À défaut, une mesure administrative de retrait du marché et de destruction sera mise en œuvre.
    Les contrôles des vendeurs de tomates vont se poursuivre dans les prochains jours, sur le territoire de Mayotte.

    Source : Préfecture de Mayotte

  • Cinq cas humains de la Fièvre de la Vallée du Rift signalés à Mayotte

    Depuis le 22 novembre 2018, cinq cas humains de la Fièvre de la Vallée du Rift (FVR) ont été signalés par le laboratoire du Centre Hospitalier de Mayotte à l’Agence Régionale de Santé (ARS). Cette maladie infectieuse d’origine virale touche principalement les « ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) ».

    « Ces 5 cas, regroupés dans le temps, indiquent une nouvelle circulation du virus à Mayotte. L’Agence de Santé Océan Indien et la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de Mayotte (DAAF) rappellent donc à la population l’importance de mettre en œuvre les recommandations et gestes de prévention pour éviter la contamination », indique l’ARS dans un communiqué. Connue à Mayotte depuis 2007, « suite à l’identification d’un premier cas humain sur le territoire », la FVR a provoqué « la mise en place d’une surveillance rétrospective et prospective avait permis de retrouver une dizaine de cas humains entre 2007 et 2013 ». Depuis dix ans, la FVR était surveillée via les réseaux d’épidémio-surveillance. Ce suivi a permis de constater une décroissance régulière de la séroprévalence jusqu’en juin 2018.Mais au second semestre 2018, la séroprévalence a de nouveau augmentée de façon significative.

    Ces cinq cas récents indiquent une probable nouvelle circulation du virus dans les cheptels de Mayotte. « En effet aucune des 5 personnes malades n’avait voyagé hors de Mayotte durant la période d’incubation de la maladie », affirme l’ARS. L’agence appelle les habitants de l’île à se « prévenir de la maladie » à travers « des gestes simples » : se protéger en portant casque, lunettes et gants et se laver les mains avec du savon pour les personnes pratiquant l’abattage d’animaux ; bien cuire la viande, bouillir le lait, ne pas consommer de lait caillé et de viande d’un animal malade pour les consommateurs et enfin, se protéger des piqûres de moustiques.

    Qu’est-ce que la Fièvre de la Vallée du Rift ? 

    La Fièvre de la Vallée du Rift (FVR) est une maladie infectieuse, d’origine virale, qui affecte principalement les ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins), provoquant des avortements et une forte mortalité chez les jeunes animaux. Elle peut se transmettre à l’homme, dans la majorité des cas par contact avec le sang ou les organes d’un animal infecté (abattage, mise bas…). L’homme peut éventuellement se contaminer par la consommation de lait cru ou insuffisamment bouilli ou encore par des piqûres de moustiques. La Fièvre de la Vallée du Rift ne se transmet pas directement d’une personne à une autre.

    La maladie chez l’homme se manifeste généralement, par un syndrome grippal qui guérit en quelques jours mais, dans 5% des cas, des formes plus graves peuvent survenir (atteinte oculaire, méningo-encéphalite ou fièvre hémorragique).

  • Recommandations et conduite à tenir dans le cadre de la découverte de poissons morts en masse
    Suites aux informations communiquées par les pêcheurs de Petite-Terre et de M’tsapéré, la préfecture recommande aux pêcheurs d’exercer une vigilance particulière au niveau des approches des points suivants :

    12°51.99 S 12°38.59 S 13°01.27 S 13°08.10 S 13°24.03 S 13°21.45 S

    045°26.11 E 045°32.59 E 045°21.04 E 045°17.25 E 045°01.50 E 045°09.53 E

    II est demandé aux professionnels de la mer ne pas pêcher sur les zones dégageant une forte odeur tantôt assimilée à des odeurs de gaz, de caoutchouc ou plastique brûlé voire soufrée En raison notamment des motorisations essence des navires de pêche, ils se doivent de rester à l’écart de ces zones.

    Une grande prudence est demandée aux pêcheurs qui ne doivent prendre aucun risque.

    Les pêcheurs informeront immédiatement les autorités de tout nouvel évènement. Il leur ait demandé dans ce cas précis, de procéder au relèvement des positions géographiques, à la prise de photographies et d’effectuer des prélèvements de poissons afin de les remettre aux agents du Parc naturel marin en vu de pratiquer des analyses.

    Il est strictement interdit de procéder à la vente depoissons récupérés morts.

    Ces derniers sont impropres à la consommation.

    Les seules ventes autorisées sont effectuées soit directement par les pêcheurs professionnels soit sur les points de ventes officiels (poissonneries, coopératives maritimes et comités villageois de pêcheurs COVIPEM).

    La préfecture demande à la population de faire preuve de la plus grande vigilance et de ne pas acheter et consommer des poissons qui ne sont pas habituellement sur les étals.

La Radiovision

CHICONI FM TV est une WEBTV déclarée auprès du CSA en date du 27 novembre 2014, conformément aux articles 33 et 31-1 de la loi du 30 septembre 1986.

Trafic routier

Opération de contrôle des taxis en Petite Terre

Opération de contrôle des taxis en Petite Terre

Mercredi 24 octobre 2018 à 15h45, dans le cadre du CODAF, un contrôle des taxis circulant sur Petite...

22 heures - Un accident grave, deux véhicules entrent en collision à Kahani

22 heures - Un accident grave, deux véhicules entrent en collision à Kahani

[ 22 heures. Un accident grave qui s'est produit à Kahani au niveau du virage prêt de la caserne de...

A retenir

Programme Radio

Lundi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- L’ACTU SPORT / Les traversés du temps

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mardi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- La revue de presse du monde/ Reggae Business

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mercredi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- La revue de presse du monde/ Zama Zahalé

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Jeudi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Variétés musicales

  • 19h00 - 00h00

- La revue de presse du monde/ « Jeunes Talents 

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vendredi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Rediffusion jour / Ta page musicale

  • 15h00 - 19h00

- Culture générale

  • 19h00 - 20h00

- La revue de presse du monde/ Grande Cour de Récré

  • 20h00 - 00h00

- 100% Chants Religieux

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Samedi

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- La matinale (Plus d’informations, journaux, chroniques, actualité musicale)

  • 10h00 - 12h00

- Variétés musicales

  • 12h00 - 15h00

- Spécial Zouk Love

  • 15h00 - 17h00

- Coupé décalé

  • 17h00 - 19h00

- Culture générale

  • 19h00 - 20h00

- Spécial Soukouss

  • 20h00 - 00h00

- 100% M'godro

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dimanche

Votre programme de la radio Chiconi FM:

  • 6h00 - 10h00

- Journal / Rediffusion « Jeunes Talents »

  • 10h00 - 12h00

- Musiques RNB & Reggae danse

  • 12h00 - 15h00

- Spécial Zouk & Slow

  • 15h00 - 19h00

- Musiques RNB & Reggae danse

  • 19h00 - 20h00

- Spécial Soukouss

  • 19h00 - 00h00

- Rediffusion des émissions de la semaine

  • 00h00 - 06h00

- Plage Musicales / Variétés Musicales

Vous souhaitez passer vos annonces sur notre radio?
  • Alors n'hésitez pas, appelez-nous ou laissez-nous un message !
  • C'est avec plaisir que nous vous répondrons,

Tel: 0639.65.43.04 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rue de Sohoa 97670 CHICONI

Tel: +(262) 269 61 25 86

Tel: +(262) 639 65 43 04

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Restez connecter

    

Banniere Pub location Podium

+ DE RADIOS