La revue de presse de ce mardi 23 juin 2020

La revue de presse de ce mardi 23 juin 2020

Jetons un oeil à la presse du jour. 

L'Humanité s'intéresse ce matin à "Ces pays où l'épidémie fait des ravages".

Le journal Ouest-France revient pour sa part sur les licenciements annoncés hier par le géant finlandais de la téléphonie : "Nokia supprime un tiers de ses effectifs."

Le Parisien-Aujourd'hui en France s'inquiète des rassemblements publics, après les scènes vivement critiquées d'attroupements le soir de la Fête de la musique, et se demande : "Sur quel pied danser ?"

Le journal Le Maine Libre dévoile ce matin les projets de Paper Mills Industries, une entreprise canadienne qui a annoncé la reprise du papetier français Arjowiggins : "Le plan du repreneur d'Arjowiggins dévoilé."

Passons à la revue de Presse de l'île de la Réunion

À la une du Quotidien ce mardi, retour sur les soucis rencontrés par des milliers de croisiéristes réunionnais, qui attendent toujours d'être remboursés par leurs agences de voyage respectives, suite à l'annulation de leur croisière en raison de la crise sanitaire. Ils réclament un remboursement au lieu des avoirs proposés par les voyagistes, mais cela ne sera pas possible avant 18 mois indique le média ("Des milliers de Réunionnais attendent d'être remboursés").

De son côté, le Journal de l'île revient sur le "service minimum" proposé en juillet et août par les centres aérés de l'île en raison toujours de la crise sanitaire. "Il n'y aura pas de place pour tout le monde", prévient le JIR.
[REVUE DE PRESSE] Mardi 23 juin 2020
 
FAITS-DIVERS
Pour avoir donné un coup de tesson mortel à David Payet le 4 février 2018 dans le quartier de Vauban, Jean Maurice Ramassamy a été condamné hier par la cour d'assises à une peine de 20 ans de prison. En garde à vue, puis pendant l’enquête, il donnera des versions différentes concernant les lunettes et affirmera que David Payet le frappait. Mais lors de l'audience, Jean-Maurice Ramassamy a tout avoué, assurant qu'aucun coup ne lui avait été porté.

C’est en soutien à l’une de leurs adhérentes, directement concernée par les mesures d’expropriations menées sur la commune de l’Etang Salé, que les membres de l’association des Révoltés 974 manifestaient hier matin devant la cour d’appel à Saint-Denis. Le conflit concerne toujours les mêmes parcelles, dont au moins trois familles se réclament propriétaires, documents à l’appui. L’association dénonce l'illégalité du projet d’aménagement de la Butte Citronnelle confié à la Sogedis. Pour la Sodegis, il s'agit d'un projet d'aménagement mais aussi de résorption d'habitat insalubre (RHI) à cause de ces 77 logements insalubres. Mais les propriétaires des parcelles, ainsi que l'association des Révoltés 974 assurent n'avoir jamais reçu le rapport de l'ARS à ce sujet, malgré leurs demandes. 
[REVUE DE PRESSE] Mardi 23 juin 2020
 
POLITIQUE
Un soutien de plus pour André Thien Ah Koon. Après Paulet Payet, c'est au tour de Jean-Jacques Vlody d'apporter son soutien à TAK pour le second tour des municipales. Jean-Jacques Vlody "par conséquent invite les Tamponnais à faire preuve de responsabilité en choisissant la gestion saine du maire sortant pour répondre à la situation dramatique de notre commune". Pour ce qui est de son camp, il dit regretter "que les représentants des autres partis de gauche aient choisi une stratégie individuelle et solitaire".

ÉCONOMIE
Après avoir renforcé ses équipes pour accompagner ses locataires la SHLMR et le groupe Action Logement lancent la deuxième phase de leur "plan de relance exceptionnel". Jusqu’à 250 millions d’euros par an pour les 5 années à venir seront déployés dans l’objectif de mettre en chantier 1053 logements dans les 9 mois à venir, "soit une moyenne de 350 logements par trimestre au lieu de 150 les années précédentes".  150 logements par trimestre devraient également être rénovés. Le plan de relance comprend aussi une aide aux bailleurs sociaux pour la prise en charge des surcoûts engendrés par la crise du Covid-19. 

La reprise des vols commerciaux depuis et vers Mayotte a finalement été décidée, annonce la préfecture de Mayotte.  "Dès cette semaine, une première liaison aérienne commerciale hebdomadaire, aller-retour, avec l’île de La Réunion va être mise en place". Les rotations entre Paris et l’Île aux parfums vont être progressivement augmentées : 2 la semaine du 22 juin, 4 la semaine du 29 juin et 5 la semaine du 6 juillet. En revanche, pour voyager vers et depuis Mayotte, le motif impérieux reste nécessaire. Il peut être d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l'urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé, précise la préfecture. 

Imprimer   E-mail