27.22°C
Chiconi:_DIM
26.11°C / 31.11°C
Chiconi:_LUN
26.11°C / 32.78°C
Chiconi:_MAR
26.67°C / 31.67°C
Sam, 4 Juil 2020

//-- Dossier Politique

Le député LR Didier Quentin a posé au nom de Mansour Kamardine à l’Assemblée Nationale sur l’importance d'en finir avec l'état d'urgence sanitaire à Mayotte

La question d’actualité au gouvernement que le député LR Didier Quentin a posé au nom de Mansour Kamardine à l’Assemblée Nationale sur l’importance d'en finir avec l'état d'urgence sanitaire à Mayotte, le décalage entre les annonces gouvernementales et les moyens déployés sur le terrain (test), l’absence de réponse à la crise sécuritaire, l’inquiétude concernant l'emploi et le risque de suppression de 1000 commerces de proximité à Mayotte (Doucas), ainsi que la situation sanitaire chez nos amis guyanais.

Le député LR Didier Quentin a posé au nom de Mansour Kamardine à l’Assemblée Nationale sur l’importance d'en finir avec l'état d'urgence sanitaire à Mayotte

Deuxième tour des élections municipales 2020 à Mayotte

Le recueil des procurations en élargissant le champ des personnes auprès desquelles les officiers de police judiciaire  Le décret n° 2020-742 du 17 juin 2020 prévoyant des dispositions spécifiques en vue du second tour du renouvellement général des conseillers municipaux et communautaires (…) et adaptant certaines dispositions du code électoral adapte le droit électoral aux circonstances particulières entourant la tenue du second tour.

Deuxième tour des élections municipales 2020 à Mayotte

Mansour Kamardine souhaite "Renforcer de la lutte contre l'immigration en mer et encadrer les évacuations sanitaires en sollicitant la plus grande fermeté du gouvernement vis-à-vis des autorités comoriennes.

Renforcer de la lutte contre l'immigration en mer et encadrer les évacuations sanitaires : Je sollicite la plus grande fermeté du gouvernement vis-à-vis des autorités comoriennes et le nécessaire encadrement légal d'éventuelles évacuations sanitaires Depuis quelques jours une forte augmentation de l'immigration clandestine est observée à Mayotte, signe probable d'un ramollissement du contrôle par les autorités comoriennes des départs irréguliers à partir de leurs côtes et d'une réduction du dispositif français de contrôle des frontières. Le manque de volonté et la saisie de toute opportunité par les autorités comoriennes pour revenir sur leurs engagements sont des permanences bien connues de la politique étrangère du pays voisin vis-à-vis de la France. La seule réponse pour faire face à cette instabilité est la fermeté diplomatique et la mobilisation à dessein de ses outils. Un accord-cadre franco-comorien a été signé il y a 11 mois. Il doit s'appliquer pleinement et sans barguigner en matière de maîtrise des flux migratoire mais également en matière d'appui sanitaire. A cet égard, l'accord-cadre de 2019 prévoit la signature d'un accord spécifique intergouvernemental en matière de santé d'un montant de 44 millions d'euros dont 8 millions d'euros dédiés à la coopération sanitaire régionale, notamment portant sur les parcours de soins des Comores vers Mayotte ou la Réunion, dans laquelle les évacuations sanitaires urgentes ont naturellement vocation à s'inscrire. Par voie de conséquence, plutôt que de donner des leçons d'humanité aux Mahorais qui rappellent fort justement que la loi c'est la loi et qu'une évacuation sanitaire illégale est illégale, les autorités sanitaires régionales seraient bien inspirées de se mettre au travail pour favoriser la mise en œuvre d'un accord de coopération encadrant les éventuelles évacuations sanitaires d'urgence vitale des Comores vers Mayotte ou la Réunion en coordination avec le CHM et le CHU réunionnais. C'est pourquoi je viens d'écrire de nouveau au ministre français des affaires étrangères avec copie à ses homologues de l'intérieur, de l'Outremer, de la santé, de la défense et des transports, pour : Rappeler fermement les autorités comoriennes à leurs engagements de lutte contre les départs irréguliers vers Mayotte (contrôle des frontières) et de réduction des capacités matérielles des passeurs (destruction des ateliers de kwassa) ; Rétablir immédiatement les réadmissions des clandestins vers l'Union des Comores (tester au Covid les clandestins avant leur réadmission permet de donner des garanties sanitaires) ; Arrêter un plan de coopération sanitaire permettant que d'éventuelles évacuations sanitaires vers la France (Mayotte, Réunion ou Métropole) s'effectuent exclusivement que dans un cadre légal et en coordination avec les responsables des services hospitaliers concernés afin de maintenir les capacités du CHM à soigner les habitants de Mayotte ; Maintenir la permanence dans les eaux mahoraises d'un patrouilleur ou d'une frégate permettant de renvoyer les kwassas dans les eaux comoriennes comme cela a été le cas pendant le mois d'avril ; Définir un protocole sanitaire strict donnant des garanties aux différentes parties nationales en matière de lutte contre le Covid afin que les lignes maritimes et aériennes commerciales régulières puissent reprendre prochainement. /

Mansour Kamardine souhaite "Renforcer de la lutte contre l'immigration en mer et encadrer les évacuations sanitaires en sollicitant la plus grande fermeté du gouvernement vis-à-vis des autorités comoriennes.
2 Banniere Pub filmage1

Mansour Kamardine souhaite le maintien de scrutin du 28 juin 2020 à Mayotte.

Le 2ème tour des élections municipales à Mayotte doit être maintenu pour le 28 juin Le gouvernement s'est donné la possibilité de décider d'un nouveau report jusqu'au 14 juin du 2ème tour des élections municipales prévu le 28 juin. Mayotte et la Guyane sont particulièrement visées par cette possibilité. En ce qui concerne Mayotte, au vu de la situation épidémique du Covid19, il n'y a, à mon sens, aucune raison de décider d'un nouveau report. En effet, même si le nombre de cas avérés continue sa progression, il semble qu'en ce qui concerne le nombre de cas actifs le département ait atteint un pallier depuis plusieurs semaines, les pics épidémiques étant relevés les 19 et 26 mai avec respectivement 725 et 720 cas actifs alors que nous comptons, le 11 juin, 450 cas actifs recensés par l'Agence régionale de santé de Mayotte. De plus, des modèles prédictifs basés sur l'évolution des données dans le temps qui se sont montrés précis depuis 1 mois sur l'évolution de l'épidémie sur 14 jours à Mayotte évaluent les cas actifs la veille du scrutin du 28 juin dans une fourchette de 457 à 696 cas et une moyenne de 607, soit un niveau inférieur de 20% aux 2 pics du mois de mai (voir note sur les modèles prédictifs à Mayotte jointe). A Mayotte, la maîtrise de l'épidémie de coronavirus dépend non des limitations et des interdictions mais du respect par les individus des gestes barrières (lavage des mains, port du masque, maintien d'une distance physique) et des moyens publics de lutte sanitaire (sensibiliser, tester, confiner les cas avérés, soigner). Les organisateurs du scrutin sont parfaitement à même de faire respecter les consignes de sécurité sanitaire en structurant l'espace de vote et en fournissant les équipements adéquates (gel, masques, marquage au sol, distance physique etc.). En tout état de cause, ils le sont autant que dans les communes et départements de Métropole où la dynamique épidémique et le taux de prévalence au Covid sont supérieurs à ceux du 101ème département et où personne n'envisage de reporter le scrutin. En outre, il est d'autant plus urgent de finaliser le renouvellement des équipes municipales que les communes et leurs intercommunalités sont des acteurs centraux de l'économie mahoraise à travers l'investissement public qui sera un pilier central de la très urgente relance. Cette relance économique a besoin d'institutions locales stables et à la légitimité incontestable. Un éventuel nouveau report du scrutin municipal serait largement incompris par l'opinion publique mahoraise et viendrait troubler une situation politique déjà tendue par les problématiques sociales, sécuritaires et migratoires. De nombreux candidats aux élections ayant manifesté leur souhait d'achever le processus électoral,  un éventuel report serait immanquablement interprété comme une manœuvre du gouvernement pour tenter de défendre des intérêts politiciens . J'appelle donc le gouvernement à maintenir en toute sérénité le scrutin du 28 juin à Mayotte. /

Mansour Kamardine souhaite le maintien de scrutin du 28 juin 2020 à Mayotte.

Deuxième tour des élections municipales 2020 à Mayotte

Le deuxième tour des élections des conseillers municipaux et communautaires se tiendra le dimanche 28 juin 2020. Aux termes de l’article 6 du décret N° 2020-643 du 27 mai 2020, l es  procurations établies en vue du second tour du 22 mars restent valables pour le second tour du 28 juin  si elles portaient mandat  pour  le premier et  le  deuxième tour. Ainsi la mention de la date du 22 mars n’invalide pas la procuration lorsque celle-ci vise explicitement le premier et deuxième tour des municipales. En revanche si la procuration ne vise pa s  un scrutin mais donne procuration simplement jusqu’à une date limite antérieure au 28 juin, cette procuration n’est plus valable.

Deuxième tour des élections municipales 2020 à Mayotte

Vous pouvez aimer aussi

Actualités en Radio et Télé

Vos Agendas

19
Oct
Dans le cadre des Journées Nationales de l'Architecture coordonnées par la Direction des Affaires

11
Oct
Journée de sensibilisation à l'économie d'énergie - CCAS de CHICONI

17
Aoû
Le Maire de la commune de Chiconi informe ses administrés qu'une exposition de la maquette du SAR (Schéma d'aménagement Régional) est prévue les 16 et 17 août

Image
Radio Chiconi FM
Radio Koudjouni
RF Mayotte
ROI TV
Radio Coconi
Chiconi FM TV
Chiconi FM
55 Rue Bentséhou
97670 CHICONI
   0 (+262) 269 61 25 86
    0 (+262) 639 65 43 04